L'ouverture du diaphragme

 Comprendre l’ouverture du diaphragme

L'ouverture du diaphragme est l'un des trois paramètres (avec la vitesse d'obturation et la sensibilité ISO) qui permet de contrôler l'exposition d’une photo pendant la prise de vue. L’ouverture joue aussi un rôle important en termes de créativité car elle a un impact sur la profondeur de champ.

Si vous souhaitez quitter le mode Auto de votre appareil photo, c'est donc l'un des premiers réglages auxquels vous devez vous intéresser.

Dans cet article, nous allons voir en détail ce qu’est l’ouverture en photo, comment elle se note et qu’elles sont les valeurs standard. Puis, nous verrons avec des exemples pratiques comment elle agit sur l’exposition et sur la profondeur de champ de nos photos.

Qu’est-ce que l’ouverture en photo ?

 Le diaphragme d’un objectif photo

Lorsque la lumière pénètre à l’intérieur de l’objectif, elle passe à travers un dispositif mécanique composé de lamelles mobiles : le diaphragme.

L’ouverture en photo correspond tout simplement au diamètre du trou situé au centre du diaphragme.

En ouvrant le diaphragme plus ou moins grand, il est possible de contrôler la quantité de lumière qui traverse l’objectif pour atteindre le capteur. Ainsi, on peut logiquement dire que :

  • Une grande ouverture laisse passer beaucoup de lumière.

  • Une petite ouverture laisse passer peu de lumière.

Le diaphragme est parfois comparé à la pupille d’un œil. Lorsque la lumière est abondante, la pupille se rétracte pour limiter la quantité de lumière qui rentre dans l’œil. Lorsqu’il fait sombre, la pupille se dilate pour laisser passer davantage de lumière. Le diaphragme joue un rôle équivalent pour le capteur de l’appareil photo.

Comment écrit-on l’ouverture ?

L’ouverture du diaphragme s’écrit avec un nombre précédé de la lettre f, par exemple : f/16, f/8, f/4, etc.

  • Plus le nombre d’ouverture est grand (f/16) et plus l’ouverture est petite.

  • Plus le nombre d’ouverture est petit (f/1.4) et plus l’ouverture est grande.

Pour bien comprendre la relation entre l’ouverture du diaphragme réelle et la valeur d’ouverture, je vous propose de regarder l’illustration ci-dessous.

 L’ouverture en photo : les valeurs standard


Cette écriture est parfois source de confusion car on s’attendrait à ce que ce soit le contraire…

Pour comprendre ce paradoxe, il faut savoir que les valeurs d’ouverture sont en réalité des fractions. Si vous voulez connaître le diamètre de l’ouverture il suffit de diviser la longueur focale (f) de votre objectif par le nombre d’ouverture.

Par exemple, si vous utilisez un objectif de 100 mm avec une ouverture de f/4, le diamètre de l’ouverture mesure 100/4 = 25 mm. Si vous utilisez un 100 mm avec une ouverture de f/16, le diamètre de l’ouverture mesure alors 100/16 = 6,25 mm.

On peut en déduire que pour laisser passer beaucoup de lumière, il faut utiliser une petite valeur d’ouverture (f/4, par exemple). Inversement, pour laisser passer peu de lumière, il faut utiliser une grande valeur (f/16, par exemple).

En résumé :

Petit nombre (f/1.4) = Grande ouverture = beaucoup de lumière

Grand nombre (f/16) = Petite ouverture = peu de lumière


Quelles sont les valeurs standard ?

Pour écrire l’ouverture, il existe des valeurs standard :

f/32 - f/22 - f/16 - f/11 - f/8 - f/5.6 - f/4 - f/2.8 - f/2 - f/1.4 - f/1

Chaque fois qu’on passe d’une valeur standard à une autre on multiplie ou on divise par deux la surface de l'ouverture et donc la quantité de lumière qui traverse l’objectif.

Par exemple, un diaphragme ouvert à f/5.6 laisse passer deux fois plus de lumière qu’un diaphragme ouvert à f/8. Un diaphragme ouvert à f/11 laisse passer deux fois moins de lumière qu’un diaphragme ouvert à f/8.

Vous ne trouverez certainement pas toutes ces valeurs d’ouverture sur votre objectif. Les grandes ouvertures (f/2.8, par exemple) nécessitent une construction optique élaborée, surtout s’il s’agit d’un zoom.

C’est pourquoi, on retrouve plutôt ces grandes ouvertures sur les zooms haut de gamme. Les zooms d’entrée de gamme doivent en général se contenter d’une ouverture maximale de f/3.5.

Nous venons de voir qu’il existe des valeurs standard pour l’ouverture du diaphragme. Mais vous avez peut-être déjà remarqué que vous pouviez choisir d’autres ouvertures sur votre appareil photo ? La raison est toute simple, la plupart des objectifs permettent de choisir des valeurs intermédiaires : f/5 - f/7.1 - f/10 - f/13…

Ouverture et Exposition

Maintenant que vous connaissez la théorie, nous allons passer à la pratique. À partir d’un exemple concret, je vais vous montrer l’impact de l’ouverture du diaphragme sur l’exposition.

Pour la série de photos ci-dessous, j’ai modifié l’ouverture - et uniquement l’ouverture - après avoir pris une première photo à f/8.

 Exposition correcte avec une ouverture de f/8

Ouverture du diaphragme : f/8

Si j’ouvre à présent le diaphragme à f/5.6, je laisse passer deux fois plus de lumière. Vous pouvez remarquer sur la photo suivante que ce changement d’ouverture a un impact direct. L’image devient plus claire parce que le capteur a reçu davantage de lumière.

 Surexposition avec une ouverture de f/5.6

Ouverture du diaphragme : f/5.6

Si maintenant, je ferme le diaphragme à f/11, regardez le résultat sur la photo ci-dessous. Comme je laisse passer deux fois moins de lumière (qu’avec une ouverture de f/8), ma photo devient logiquement plus sombre.

 Sous-exposition avec une ouverture de f/11

Ouverture du diaphragme : f/11


Avec l’ouverture du diaphragme, vous disposez donc d’un levier pour agir sur l’exposition de vos photos.

  • Quand la lumière est forte, vous pouvez fermer le diaphragme pour éviter de surexposer votre photo.

  • Quand la lumière est faible, vous pouvez ouvrir le diaphragme pour ne pas sous-exposer votre photo.

Il est important de préciser que le diaphragme ne se ferme jamais complètement, la lumière étant indispensable au processus d’exposition. Quand on dit “fermer le diaphragme”, cela veut juste dire qu’on diminue l’ouverture du diaphragme 😉


Ouverture et Profondeur de champ

Vous savez maintenant que l’ouverture du diaphragme permet d’ajuster la quantité de lumière qui traverse l’objectif pour contrôler l’exposition.

Mais ce n’est pas tout ! Nous allons voir que choisir une ouverture ne se limite pas à doser la quantité de lumière. Cela a également un impact sur un paramètre très important en photographie : la profondeur de champ.

Vous avez probablement déjà entendu parler de cette notion, mais faisons quand même un bref rappel. La profondeur de champ désigne l’étendue de la zone de netteté d’une photo.

  • Avec une faible profondeur de champ seule une petite partie de l’image est nette. Il s’agit de la zone précise où la mise au point a été faite.

  • Avec une grande profondeur de champ, c’est l’inverse. L’image présente une zone de netteté étendue.

Après avoir défini la notion de profondeur de champ, voyons comment le réglage de l’ouverture du diaphragme l’influence concrètement. Pour cela, j’ai photographié une fleur de tournesol en utilisant deux ouvertures très différentes.

 Profondeur de champ avec une ouverture de f/22

Ouverture du diaphragme : f/22

Avec une ouverture de f/22, l’arrière-plan est bien visible. Même s’il est un peu flou, on distingue sans difficulté les éléments qui le composent.

Regardez maintenant la photo du même sujet photographié avec une ouverture de f/4. Cette fois-ci l’arrière-plan est beaucoup plus flou, ce qui signifie que la zone de netteté s’est rétrécie.

 Profondeur de champ à f/4

Ouverture du diaphragme : f/4

À partir de cet exemple, on peut déduire qu’une grande ouverture (f/4) entraine une profondeur de champ plus faible qu’une petite ouverture (f/22).

Il est important de noter que ces deux photos ont la même exposition. Le capteur a reçu exactement la même quantité de lumière. Pour compenser le surplus de lumière provoqué par l’ouverture du diaphragme (de f/22 à f/4), j’ai simplement augmenté la vitesse d’obturation (en passant de 1/50 s à 1/1600 s).

Si ces photos sont équivalentes au niveau de l’exposition, elles sont par contre différentes en termes de créativité. Choisir telle ou telle ouverture, ne se fait donc pas au hasard. C’est un équilibre entre nécessité technique et choix artistique.

Avec une faible profondeur de champ, la fleur se détache de l’arrière-plan et le bokeh est plus joli. Avec une profondeur de champ plus grande, la fleur vient se superposer sur l’arrière-plan et elle a dû mal à ressortir.

Il faut aussi mentionner que le choix de la profondeur de champ est souvent dicté par le type de photo qu’on pratique.

Pour un portrait, on cherche en général à ce que le sujet se détache de l’arrière-plan. On utilise alors une grande ouverture pour obtenir une profondeur de champ étroite et concentrer l’attention du spectateur sur le sujet.

Pour un paysage, c’est l’inverse. On cherche à ce que toute l’image soit nette, du premier plan jusqu’à l’arrière-plan. On privilégie ainsi une petite ouverture pour obtenir une profondeur de champ étendue.

Maintenant que vous connaissez le rôle de l’ouverture sur la profondeur de champ, nous pouvons compléter notre précédent résumé :

En résumé :
Petit nombre (f/1,4) = Grande ouverture = beaucoup de lumière = faible profondeur de champ
Grand nombre (f/22) = Petite ouverture = peu de lumière = grande profondeur de champ

Conclusion

Après avoir lu cet article, vous devriez maîtriser les bases concernant l’ouverture du diaphragme. J’espère que vous cela vous a aidé et que vous comprenez mieux quel est l’impact de l’ouverture sur l’exposition et sur la profondeur de champ.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour les poser. Et si l’article vous a plu, n’oubliez pas de le partager avec vos amis photographes !


Les basesFabien32 Comments