La vitesse d'obturation

 Tutoriel sur le temps de pose

Avec l'ouverture du diaphragme et la sensibilité ISO, la vitesse d'obturation est l'un des trois réglages qui permet de contrôler l'exposition.

Avoir une bonne maîtrise de ce réglage est essentiel pour prendre des photos correctement exposées. Mais ce n’est pas tout ! C’est aussi une formidable porte d’entrée vers la photo créative.

Dans cet article nous allons voir ce qu’est la vitesse d’obturation, comment elle se mesure et quelles sont les valeurs standard. Puis, nous verrons à l’aide d’exemples concrets quel est son impact sur l’exposition et sur la perception du mouvement.

Qu'est-ce qu’un obturateur en photo ?

 
 L’obturateur contrôle l’exposition
 

L’obturateur d’un reflex Canon 5D



Après avoir traversé l’objectif, la lumière poursuit son chemin jusqu’à un mécanisme positionné juste devant le capteur : l’obturateur.

En temps normal, l’obturateur est fermé. Il ne s’ouvre qu’au moment de la prise de vue pour laisser entrer la lumière qui va exposer le capteur et permettre la formation de l'image.

Par analogie, on peut comparer l’obturateur aux volets d’une maison. Lorsque les volets sont ouverts, la lumière rentre à l’intérieur de la maison. Lorsqu’ils sont fermés, la lumière ne rentre pas.

L’obturateur est composé de deux rideaux contenant plusieurs lamelles mobiles. Quand on appuie sur le déclencheur, le premier rideau s’ouvre, ce qui permet l’exposition du capteur à la lumière. Le deuxième rideau vient ensuite recouvrir le capteur pour mettre fin à l’exposition.

De plus en plus souvent, l’obturateur mécanique est à présent remplacé par un obturateur électronique. Dans ce cas, il n’y a pas de rideau positionné devant le capteur. Tout se passe au niveau du capteur que l’on peut “activer” ou “désactiver”. Quand on appuie sur le déclencheur, on active le capteur pour qu’il puisse recevoir la lumière nécessaire à l’exposition.


Vitesse d’obturation, temps de pose et durée d’exposition

La vitesse d’obturation correspond à la durée pendant laquelle l’obturateur reste ouvert pour laisser passer la lumière.

Même s’il est couramment utilisé, le terme “vitesse d’obturation” est assez imprécis car il ne s’agit pas d’une vitesse mais bien d’une durée !

D’ailleurs, la vitesse à laquelle se déplacent les rideaux ne varie pas si on modifie ce réglage. Ce qui change, c’est le temps pendant lequel le capteur est exposé.

On parle également de temps de pose ou durée d’exposition pour dire la même chose. Ces termes sont souvent plus parlants car ils expriment une durée. Dans la suite de l’article j’utiliserai indistinctement l’un ou l’autre de ces termes. Ne soyez donc pas surpris 😉

En jouant sur la vitesse d’obturation, il est ainsi possible de doser la quantité de lumière qui atteint le capteur.

  • Avec une vitesse lente, l’obturateur reste ouvert longtemps et le capteur reçoit une quantité de lumière importante.

  • Avec une vitesse rapide, l’obturateur reste ouvert peu de temps et le capteur reçoit une quantité de lumière faible.

Pour bien comprendre le fonctionnement de l’obturateur, je vous propose de regarder la vidéo ci-dessous. Vous pourrez observer le mouvement des deux rideaux et l’exposition du capteur avec des vitesses d’obturation différentes.

Note : le mécanisme qui se soulève juste avant l’ouverture de l’obturateur est le miroir. Il permet d’assurer la visée sur les appareils photo reflex.

Comment se mesure la vitesse d’obturation ?

La vitesse d’obturation se mesure en fractions de secondes (ou en secondes pour les vitesses très lentes).

Par exemple, une vitesse de 1/100 correspond à 1/100 s ou 0,01 seconde. Une vitesse de 1/1000 correspond à 1/1000 s ou 0,001 seconde.

Les valeurs standard pour exprimer la vitesse sont (de la plus rapide à la plus lente) :

1/8000 s - 1/4000 s - 1/2000 s - 1/1000 s - 1/500 s - 1/250 s - 1/125 s - 1/60 s - 1/30 s - 1/15 s - 1/8 s - 1/4s - 1/2 s - 1 s - 2 s - 4 s - 8 s - 15 s - 30 s

Chaque fois que l’on passe d’une vitesse à une autre, on multiplie ou on divise par deux le temps de pose et donc la quantité de lumière qui frappe le capteur.

Par exemple, à 1/500 s le capteur reçoit deux fois plus de lumière qu’à 1/1000 s. À 1/500 s le capteur reçoit deux fois moins de lumière qu’à 1/250 s.

Comme pour l’ouverture du diaphragme, il est possible de choisir des vitesses intermédiaires sur la plupart des appareils photo actuels : 1/400 s - 1/80 s - 3 s… Ces réglages permettent d’ajuster avec précision la quantité de lumière qui atteint le capteur.

Si vous souhaitez utiliser une vitesse d'obturation plus lente que 30 secondes, deux réglages sont disponibles (selon les appareils photo) :

  • la pose B (Bulb) : l'obturateur reste ouvert tant que le photographe appuie sur le déclencheur

  • la pose T (Time) : l'obturateur s'ouvre lorsque le photographe appuie sur le déclencheur puis se referme lorsqu'il appuie une seconde fois.

Enfin, vous devez savoir que les boîtiers équipés avec un obturateur mécanique sont en général limités à des vitesses de 1/4000 s ou 1/8000 s (pour les appareils haut de gamme). Par contre, si votre boîtier dispose d’un obturateur électronique, vous pourrez utiliser des vitesses d’obturation encore plus rapides comme 1/16000 s ou 1/32000 s, par exemple.

En résumé :

Vitesse rapide (1/1000 s) = obturateur ouvert peu de temps = peu de lumière

Vitesse lente (1 s) = obturateur ouvert longtemps = beaucoup de lumière


Vitesse d’obturation et Exposition

Maintenant que vous connaissez la théorie, nous pouvons passer à la pratique ! Nous allons voir comment, en faisant varier la vitesse d’obturation, l’exposition d’une photo évolue.

Pour la série de photos ci-dessous, j’ai modifié la vitesse d’obturation - et uniquement la vitesse - après avoir pris une première photo à 1/250 s.

 
 Exposition correcte avec un temps de pose de 1/250 s
 

Temps de pose : 1/250 s

Si j’utilise à présent une vitesse de 1/125 s, le capteur est exposé deux fois plus longtemps. Vous pouvez remarquer sur la photo suivante que ce changement a un impact direct. L’image devient plus claire parce que le capteur a reçu davantage de lumière.

 
 Surexposition avec un temps de pose de 1/125 s
 

Temps de pose : 1/125 s

Si maintenant, j’utilise une vitesse de 1/500 s, regardez le résultat sur la photo ci-dessous. Comme le capteur est exposé deux fois moins longtemps à la lumière (qu’avec une vitesse de 1/250 s), ma photo devient logiquement plus sombre.

 
 Sous-exposition avec un temps de pose de 1/500 s
 

Temps de pose : 1/500 s

Avec la vitesse d’obturation, vous disposez donc d’un levier pour ajuster l’exposition de vos photos.

  • Quand la lumière est abondante, vous pouvez utiliser une vitesse d’obturation rapide pour ne pas surexposer votre photo.

  • Quand la lumière vient à manquer, vous pouvez utiliser une vitesse d’obturation lente pour ne pas sous-exposer.

Vitesse d'obturation et Mouvement

Nous allons voir maintenant que la vitesse d’obturation ne se limite pas à contrôler la quantité de lumière qui frappe le capteur. La vitesse permet aussi d’influencer fortement notre perception du mouvement.

Le choix d’une vitesse plutôt qu’une autre ne se fait donc pas au hasard lorsqu’il s’agit de photographier un sujet en mouvement. Deux possibilités s’offrent au photographe :

  • Retranscrire le mouvement avec une vitesse lente

  • Figer le mouvement avec une vitesse rapide

Pour bien comprendre ces notions, je vous propose de regarder deux exemples avec des vitesses d’obturation très différentes.

Sur la photo ci-dessous, mon objectif était de figer le mouvement d’une Grande Aigrette en train de voler. Quand on souhaite photographier des oiseaux en vol, on a souvent besoin d’une vitesse d’obturation très rapide. Grâce à une vitesse de 1/2500 s, j’ai pu littéralement saisir l’oiseau en plein vol.

 Oiseau en vol avec mouvement figé

Temps de pose : 1/2500 s

Pour la photo ci-dessous, mon intention était complètement différente. Cette fois-ci, je n’ai pas cherché à figer le mouvement. J’ai au contraire voulu enregistrer le mouvement des chutes d’eau en réalisant une pose longue. Avec un temps de pose de 10 s, j’ai pu réaliser un effet de filé avec l’eau des cascades.

 Mouvement enregistré avec une pose longue

Temps de pose : 10 s

La vitesse d'obturation est donc un formidable outil qui offre d’immenses possibilités créatives. En utilisant des vitesses d'obturation rapides ou lentes, vous pouvez jouer avec le mouvement et laisser une impression différente au spectateur.

Une vitesse d'obturation rapide est souvent utile en photographie animalière lorsque l’action se déroule à toute vitesse. Par exemple, si vous voulez figer le mouvement d’un oiseau en vol ou d’un animal en pleine course.

Une vitesse d'obturation lente donne d’excellents résultats pour photographier des paysages avec de l’eau. Faites l'expérience avec une cascade, une rivière, le mouvement des vagues en bord de mer, etc. L’effet est en général garanti !

Maintenant que vous connaissez l’impact de la vitesse d’obturation sur le mouvement du sujet, nous pouvons compléter notre synthèse précédente :

En résumé :

Vitesse rapide (1/1000 s) = obturateur ouvert peu de temps = peu de lumière = mouvement figé

Vitesse lente (1 s) = obturateur ouvert longtemps = beaucoup de lumière = mouvement enregistré

Conclusion

Vous devriez maintenant avoir compris ce qu’est la vitesse d’obturation (enfin je l’espère 😉) et quel est son impact sur l’exposition et sur le mouvement du sujet.

Le meilleur moyen de bien appréhender ce réglage est d'utiliser votre appareil photo avec le mode priorité vitesse. Testez différentes vitesses sur un sujet en mouvement et faites parler votre esprit créatif ! Le numérique offre la possibilité d'essayer encore et encore...

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire. Et si l’article vous a aidés, partagez-le autour de vous 😀


Les basesFabien19 Comments